« Les dessous de l’innocence » de Stella Tanagra

les-dessous-de-l-innocence

Tabou éditions

Collection Les Jardins de Priape

Auteur : Stella Tanagra

Nombre de pages : 153 pages

Prix : 15€

Résumé : Des désirs lubriques sous camisole, un mari aux abonnés absents, des amants imaginaires, une demeure à l’écart de la ville, assez pour que Tilda sombre dans la douce folie de ses fantasmes.
Habitée par des pulsions sexuelles que l’abstinence rend d’autant plus débordantes, elle se résout à bouleverser ses principes de femme modèle. Lorsque la nymphette qui sommeille en elle se révèle, elle perd le contrôle de sa vie…
Une romance déjantée où les pulsions prennent le pas sur la raison.

Mon avis : je remercie Stella Tanagra de m’avoir contacté afin de découvrir son roman « Les dessous de l’innocence ». Il s’agit d’une romance érotique que j’ai beaucoup aimé lire. La plume de Stella est très belle, j’ai eu la chance de la découvrir avec sa nouvelle « Sexe primé » dont mon avis est ici.

Dans « Les dessous de l’innocence », j’ai retrouvé un texte recherché et une histoire prenante. Nous suivons Tilda, 29 ans, qui attend son mari Thomas qui est en mission depuis 9 mois, il est militaire.

Tilda se languit de son époux mais aussi des relations charnelles, liées à son absence. Elle s’invente donc des amants qui peuplent son immense maison.

Tilda arrivera-t-elle à attendre son mari ?

Ce roman traite de la solitude et du manque, en effet, Tilda en se créant des amants dans tous les recoins de sa maison, frôle la folie, et, malgré elle, perd pied.

Le texte est « dosé » de façon à trouver des scènes érotiques avec une histoire cohérente. Tilda est tellement seule qu’elle en est d’autant plus attachante.

Je vous invite à lire « Les dessous de l’innocence », vous ne serez pas déçu(e)s !

Publicités

« La Princesse Élodie de Zèbrazur et Augustin le chien qui faisait n’importe quoi » de Pierre Thiry

elodiedezebrazurcouverture-2

Album pour enfants
Texte de Pierre THIRY
Illustrations de Samar & Hani KHZAM

Nombre de pages : 68 pages
Prix : 8€

Résumé : Élodie de Zèbrazur est une princesse. Augustin est un chien. Élodie de Zèbrazur aime beaucoup Augustin. Mais Augustin fait vraiment n’importe quoi. Et lorsqu’on fait n’importe quoi, il arrive des tas d’ennuis. Que va-t-il se passer? Tu le sauras peut-être en ouvrant ce livre. En écoutant la musique des phrases, en écoutant le bruit des vagues, en écoutant le bruit du vent et le chant des coquillages tu découvriras une infinité de choses merveilleuses et inattendues…

Mon avis : je remercie Pierre Thiry de m’avoir proposé la lecture de ce bel album jeunesse. C’est la seconde fois que je lis Pierre Thiry, la première fois était « Sansonnets, un cygne à l’envers », mon avis ici.

Nous faisons donc la connaissance d’Élodie et de son chien Augustin qui fait n’importe quoi. Cet album très joliment illustré tantôt en couleur, tantôt en noir et blanc (afin de permettre aux enfants de colorier eux-mêmes les dessins).

L’histoire nous parle d’Élodie qui vit dans un château avec sa gouvernante qui passe son temps à ranger et nettoyer, ce qui est parfois contraignant pour les autres. Et d’un autre côté il y a le chien Augustin qui fait n’importe quoi, et qui amuse Élodie, mais pas toujours…

Selon moi, cet album nous parle de respect, d’amour et de tendresse. À lire avec ses enfants qui comprendront bien des choses que nous ne comprenons pas toujours.

« Les Princes de l’infini » de Matthieu Elhacoumo

princes

Edilivre

Auteur : Matthieu Elhacoumo

Nombre de pages : 247 pages

Prix : 17€

Résumé : Voici l’histoire vraie de Matthieu et Chloé, deux lycéens de 16 ans. En 2014, ils entament une relation tumultueuse, ponctuée de moments passionnés et d’épisodes cocasses. Ensemble, les amoureux font l’expérience des disputes, de la jalousie, et essaient d’atteindre leur idéal. Il leur faudra prendre leur envol tout au long de leur relation et se sacrifier mutuellement pour sauver l’Amour qu’ils partagent. Ils forment bientôt le couple des Princes de l’infini…

Mon avis : je remercie sincèrement Matthieu de m’avoir proposé de découvrir ses écrits au travers de son livre « Les Princes de l’infini ».

Ce livre raconte la rencontre de deux jeunes de 16 ans, Chloé et Matthieu, qui découvrent l’amour, le premier amour, et tout ce qui va avec. C’est drôle de voir au travers des yeux de Matthieu cet amour naissant, ses bonheurs, ses sentiments…

Le texte est très riche, la langue française maîtrisée et recherchée. Ce jeune auteur, Matthieu a un réel talent avec les mots et nous entraîne avec lui dans cette belle histoire d’amour.

Les Princes de l’infini est un concentré d’Amour et de tendresse que je vous invite à découvrir.

 

« Valse hésitation » de Angela Huth

valse hésitation

Éditeur : La Table Ronde / Quai Voltaire

Auteur : Angela Huth

Nombre de pages : 228 pages

Prix : 21€

Résumé : Clare est de moins en moins sûre du rôle que les hommes devraient tenir dans sa vie. Son premier mari, Richard, était plus âgé qu’elle, et son mépris pour la jeunesse de Clare s’était peu à peu transformé en une glaciale indifférence. Jonathan, son deuxième mari dont elle est séparée provisoirement, est trop coulant : excessivement attentionné et inquiet, non sans une touche de pédanterie.
Joshua, rencontré à une fête, est d’un tout autre genre. Il commence par l’impressionner en écrasant sa cigarette sur son pouce, et sa désinvolture n’est pas loin de la séduire complètement. Si, le lendemain, elle hésite encore à essayer de le retrouver, c’est le conseil de sa nouvelle amie, Mrs Fox, qui achève de la convaincre : «Prends un amant, l’exhorte-t-elle. Mieux vaut avoir un amant quand on est jeune qu’une névrose quand on est vieille.»

Mon avis : je remercie Anne-Lucie aux éditions La Table Ronde pour cet envoi et pour sa confiance. C’est le deuxième roman que je lis écrit par Angela Huth, le premier était « La vie rêvée de Virginia Fly » (mon avis ici). C’est donc avec beaucoup de plaisir que j’ai retrouvé la plume d’Angela Huth.

Dans ce roman il est question d’amour, de rupture, de questionnement quant à la vie, la vie qui est selon chacun plus ou moins belle, agréable, « facile »… Clare a été mariée en première noce à Richard, mais leur grande différence d’âge a fini par les séparer, chacun ne cherchant pas le même objectif de vie. Richard meurt alors que Clare est marié à Jonathan, mais ils ont décidé de s’accorder un « break » de 6 mois afin de voir, décider s’ils continuent ensemble ou pas. Malgré leur divorce Clare est affectée par le décès de son premier époux, et c’est en sortant des obsèques qu’elle va rencontrer Mrs Fox et sa sœur Edith, assises sur un banc. De ces quelques minutes passées ensemble va naître une belle histoire d’amitié.

Mrs Fox raconte ses souvenirs à Clare, et je pense que toutes les deux ont au final besoin l’une de l’autre, pour leur permettre de « grandir » pour l’une et de « vieillir » pour l’autre, ou inversement…

Clare va également rencontrer Joshua, avec qui elle va vivre une histoire d’amour. Mais Joshua n’est pas très démonstratif de ses émotions contrairement à Jonathan. Mais Jonathan n’est pas assez spontané contrairement à Joshua. Toutes ces comparaisons vont amener Clare à décider si oui ou non elle continue avec Jonathan… ou Joshua…

Angela Huth a une écriture très agréable et contemporaine. En effet, le lecteur peut s’identifier à certains traits de caractère des personnages. Valse hésitation est une lecture douce et cruelle à la fois. Une page en amène une autre et la vie de Clare, Joshua, Mrs Fox, Jonathan… est le temps de quelques pages déroulées devant nos yeux.

Livre à paraître le 8 mars 2018, que je vous invite à découvrir.

« La Dramaturge » de Gaëlle Magnier

dramaturge

Éditeur : Gloriana éditions – Collection Historia

Auteur : Gaëlle Magnier

Nombre de pages : 274 pages

Prix : 15€

Résumé : Dans le Londres victorien se côtoient deux êtres que tout oppose… Et pourtant. Aidan Taylor rêve d’écriture et de théâtre. Son ambition ? Devenir dramaturge. Mais sa condition de femme constitue un réel obstacle face aux directeurs qu’elle sollicite pour produire sa pièce. Prête à tout pour vivre son rêve, elle n’hésite pas à sauter le pas et à troquer ses robes contre un pantalon et une redingote, dans le but d’être traitée de manière équitable.
Dorian Swanson est, quant à lui, un jeune dandy mélancolique poursuivi par ses propres démons. Sa dernière chance ? Prendre la direction du théâtre familial afin de prouver ses capacités à son père. Entre aspirations et provocations, Aidan et Dorian vont devoir faire face aux caractères affirmés des comédiens de la troupe de l’Orpheus et aux conséquences de leurs agissements. Aidan saura-t-elle choisir entre la passion et l’ambition ?

Mon avis : je suis très heureuse d’avoir lu le premier livre de Gaëlle Magnier que j’ai connu en tant que bloggeuse et que je découvre aujourd’hui en tant qu’auteur.

Ce roman plonge le lecteur dans l’époque Victorienne à Londres au sein de la bourgeoisie et de l’aristocratie. Le roman se déroule entre 1851 et 1861, époque à laquelle la femme n’a que peu de droits.

Une jeune femme, Aidan, est passionnée de littérature depuis sa plus tendre enfance. Elle a écrit une pièce de théâtre et souhaite la voir jouer sur une scène Londonienne. Mais il y a un gros problème, elle est une femme !

L’auteur nous entraîne dans cette atmosphère passionnant où nous suivons la vie et les démarches, pour le moins cocasses d’Aidan afin d’être reconnu comme dramaturge. Gaëlle maîtrise bien le sujet et apporte des éléments historiques très intéressants et pertinents qui amènent des précisions à l’histoire et la rendent des plus passionnantes.

Vous l’aurez sans doute compris j’ai beaucoup aimé cette lecture et l’univers créé par l’auteur. « La Dramaturge » est une romance, mais également un roman historique sur fond de droit des femmes, de théâtre et de beaux textes. Vous pouvez sans aucune hésitation vous plonger dans le Londres Victorien auprès d’Aidan et Dorian !

« Le livre de Lagom » de Anne Thoumieux

Le-livre-du-LagomÉditeur : First Editions

Auteur : Anne Thoumieux

Nombre de pages : 209 pages

Prix : 14,95€

Résumé : Le lagom, c’est l’art de la simplicité à la suédoise. il signifie quelque chose comme « ni trop, ni trop peu », « suffisamment », « à sa juste valeur ».
Pourquoi ne pas s’inspirer de ce mode de vie typiquement scandinave, en droite ligne avec la tendance « slow » ?
L’auteur propose une approche globale de ces phénomènes de modération joyeuse, de simplicité assumée, qui pourraient bien aider à construire une société meilleure pour demain.
Elle étudie le lagom à travers les différents aspects de notre vie : qu’est-ce qu’éduquer, travailler lagom ? Recevoir lagom ? A quoi ressemble la mode, la beauté, le bien-être lagom ? Et surtout, qu’en disent les Suédois ?

Mon avis : Ce livre est intéressant et apporte une connaissance du mode de vie Suédois, le lagom.

Cet ouvrage est constitué de descriptions et de très belles photos. Y sont abordés plusieurs thèmes, tels que la maison lagom, la gastronomie, la famille… Mais ce que j’ai pu en retenir c’est cette vie tournée vers l’autre, vers le respect de l’environnement et des êtres vivant quels qu’ils soient.

« Philomène et les siens » de Florence Roche

philo

Éditeur : Calmann Levy

Auteur : Florence Roche

Nombre de pages : 582 pages

Prix : 22,90€

Résumé :

Avant la Grande Guerre, en Velay, Philomène Dolmazon vit chez son père, un cultivateur prospère, avec son mari et ses deux garçons. Elle est contrariée quand elle voit revenir son frère du régiment avec une femme épousée à Paris et des
jumeaux en bas âge. Sarah, la nouvelle venue, originaire de Pologne, peine à se faire accepter, d’autant plus qu’elle est de confession israélite. Mais les préventions tombent lorsqu’elle annonce qu’elle fera baptiser ses enfants et se convertira. Néanmoins, la personnalité de Sarah ne correspond pas à ce que l’on apprend de son histoire. Sarah est riche, très riche, au point d’aider les Dolmazon à financer leurs projets d’agrandissement de l’exploitation familiale. D’où vient son argent ?
Alors que la guerre éclate et que les hommes partent au front, Philomène est loin de se douter que le destin la laissera seule face à de terribles révélations…

Florence Roche  nous entraîne, d’une guerre à l’autre, dans une nouvelle saga étourdissante, aux rebondissements incessants, illuminée par une héroïne hors du
commun, perpétuellement confrontée au même choix difficile entre son sens du devoir et son aspiration au bonheur.

Mon avis : je tiens tout d’abord à remercier Florence Roche et les éditions Calmann Levy pour l’envoi de cet ouvrage.

Ce fût une merveilleuse découverte et je pense un coup de cœur pour ce livre et l’histoire de la vie de Philomène et les siens. Dès les premières pages je me suis attachée aux personnages, principalement à Philomène. Cette femme qui, en 1900, voit son grand amour partir et qui doit rester auprès de son père puis par la suite de son époux en Auvergne près du village de Saint-Martial. Philomène est une femme forte qui vit en femme « libre » à une époque où les hommes ne les considèrent pas vraiment comme des personnes capables de décisions.

Dans ce roman sont abordés des thèmes fort liés aux deux Grandes guerres qui ont touché notre pays en 1914-1918 et en 1939-1945. Ces guerres ont pris certains des « siens » à Philomène, et malgré cela elle a continué à avancer en essayant au maximum de protéger celles et ceux qui restaient auprès d’elle d’une manière ou d’une autre.

Florence Roche décrit, également, les atrocités qui ont eu lieu pendant la seconde guerre, et certains passages font froid dans le dos…

Je vous invite sans aucune hésitation à découvrir ce magnifique roman qu’il est très difficile de poser tant l’histoire est prenante et les personnages attachants.

Le livre est en librairie depuis le 17 janvier 2018, donc n’hésitez pas !